Bilan de mes lectures d’août (2017)

C’est quand même fou : il y a quelques jours, je vous publiais un article sur les Bougies de Charroux, inspirée par le temps pluvieux, plutôt automnal, mon plaid sur les épaules… Et aujourd’hui, coucou, il fait trente degrés, tout va bien. C’est n’importe quoi.

Bref, je vous retrouve pour papoter lectures, et plus exactement, faire un petit bilan de mes lectures du mois. Certains livres ont déjà donné lieu à des chroniques, d’autres non, et d’autres à un petit mot sur mon compte Instagram.

Le mois d’août a été un très joli mois de lectures pour moi, notamment grâce à ma découverte de La Passe-miroir, mais je garde mon enthousiasme pour quelques lignes plus tard 😉 Je n’ai pas été déçue par une de mes lectures, je n’ai fait que des jolies découvertes. C’est donc un bilan plutôt enthousiaste que je vous offre aujourd’hui !

81kloqqet2l

En attendant Bojangles – Olivier Bourdeaut

Pour le coup, c’est un livre que je voyais partout, dont j’entendais parler partout, et dont je doutais. J’ai toujours un peu peur de me faire survendre un livre, un succès, et d’en ressortir toute déçue. J’ai pris du temps avant de me lancer dans ce roman… pour le dévorer en moins de deux heures.

Ce livre, c’est une magnifique histoire d’amour. L’histoire, celle d’une famille racontée par la voix de l’enfant, ne ressemble à aucune autre. Le fils nous raconte la vie fantasque, déconnectée de la réalité de ses parents, qui s’adorent et l’adorent, mais qui vivent dans une originalité et une spontanéité permanentes. Dans leur appartement, on fête constamment, et on aime constamment, on ne s’appelle jamais pareil et aucune journée ne ressemble à une autre. Mais derrière toute cette folie festive, il y a l’excès, celui qui va trop loin, et trop douloureusement.

J’ai été complètement subjuguée par ce livre. Dès les premières lignes, je suis entrée dans cet univers teinté d’humour, de mélancolie, de fantaisie et de folie. Et quelle magnifique plume, si délicate dans son humour justement, si drôlement triste et tristement drôle… Je le conseille vivement, vraiment. Une de mes plus belles lectures de l’année, assurément.

La Passe-miroir – Christelle Dabos

Bon. Là, je vous préviens, on est sur du coup de cœur gigantissime. Dès que j’ai mis le nez dans le tome 1, j’ai compris que j’étais fichue. En réalité, mes autres lectures du mois d’août ont surtout servi à m’éviter de tout lire d’un coup, afin d’étaler mon addiction, pour ressentir le manque de manière moins violente à la fin du tome 3 (tu parles). Je ne souhaite pas déjà en écrire une chronique, car je préfère attendre d’avoir lu la saga en entier, mais je suis incroyablement emballée, et j’attends déjà le tome 4 avec tellement d’impatience !

La Passe-miroir, c’est un cycle de quatre romans fantasy français, écrit par la très talentueuse Christelle Dabos. Suite à la Déchirure, l’ancien monde a éclaté en plusieurs morceaux, plusieurs îles, des Arches : chaque Arche est celui d’un esprit de famille, un être immortel, dont les habitants de l’île sont les descendants. Sur l’arche d’Anima, Ophélie, l’héroïne, avec ses lunettes de myope, son écharpe capricieuse et sa maladresse légendaire, est une liseuse, elle lit le passé des objets simplement en les touchant. Elle a également le don très particulier d’être capable de se déplacer en traversant les miroirs. Sa vie est complètement bouleversée quand on la contraint à un mariage arrangé avec un homme énigmatique qui la contraint à quitter son arche pour celle de son futur époux, le Pôle.

Je suis tombée amoureuse d’Ophélie, de son univers, à la fois steampunk, un peu Cour du Roi-Soleil et un peu Miyazaki. Il y a beaucoup de créativité, de recherche qui font que j’ai été complètement immergée dans ce nouvel univers. Les personnages sont très bien développés, avec chacun leur charme (ah, les expressions désuètes de la tante Roseline…), et je m’y suis attachée avec beaucoup de tendresse. Bref, j’adore.

La grande épopée de Picsou, La jeunesse de Picsou (tomes 1 et 2) – Don Rosa

Oncle Picsou n’est plus à présenter je pense, pour la plupart d’entre nous, nous avons passé une grande partie de notre enfance avec lui, Donald, Riri, Fifi, Loulou et cie. C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé Picsou pour le connaître mieux, en partant sur les traces de son enfance en Écosse, pour comprendre d’où lui vient son désir immense de fortune, et vivre ensuite ses incroyables aventures. Entre chaque aventure, des commentaires de Don Rosa très intéressants qui nous développent la psychologie des personnages, et parlent aussi un peu de dessin. Une très belle collection pour les amateurs et les nostalgiques.

51gjavjmg-l-_sx309_bo1204203200_

La machine infernale – Jean Cocteau

J’ai eu envie d’un peu de théâtre pendant ce mois d’août (ma PAL regorge de pas mal de classiques que je dois lire…) et mon choix s’est porté sur cette petite pièce de Jean Cocteau, entre deux tomes de La Passe-miroir.

Cette pièce est une adaptation du mythe d’Oedipe : vous savez, ce mec chanceux dans la vie, qui tue son père et épouse sa mère sans le savoir, alors que Papa pensait avoir tout fait pour éviter que ça arrive ? Je suis assez friande de mythes et de leur réécriture, dont je me suis lancée avec beaucoup d’enthousiasme.

Bilan plutôt positif pour cette relecture du mythe, avec la plume de Cocteau que je découvre et apprécie énormément. J’ai aimé ce côté tragi-comique, ainsi que la notion de destin (qui remplace la fatalité des dieux), des éléments comme tant d’autres qui s’appliquent à donner une lecture plus moderne à cette histoire. C’est assez loufoque, et cela m’a changée des pièces de théâtres très classiques que j’ai lues récemment.

Blanche

Blanche – Martin Demoulin

Voilà une autobiographie sans prétentions, avec de très jolies qualités, dont j’ai beaucoup apprécié la lecture : j’en avais fait une chronique ici, donc je ne vais pas trop m’étaler… Mais j’ai été très agréablement surprise par la plume de l’auteur, tantôt incisive, tantôt tristement douce, et toujours dans une très jolie sincérité. Moi qui ne suis pas une grande fanatique des témoignages, j’ai passé un bon (mais triste) moment en lisant Blanche.

Je vous l’avais dit, le mois d’août a été plutôt réussi en terme de lecture chez moi. Maintenant, Chaka : une épopée bantoue et le premier tome de Le sang des 7 Rois maudits m’attendent, entre autres.

Et vous, qu’a donné le mois d’août côté lectures ? Vous avez aussi craqué, ou alors au contraire détesté, pour certaines de ces lectures ?