Blogging, entourage et anonymat

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais mon blog a tendance à être mon petit secret bien gardé. Un secret que j’entretiens, et que j’ai même pris l’habitude de chérir. Mon entourage ne sait pas que je sévis sur le Web, et quand j’y réfléchis, je trouve cela assez intéressant, et que finalement, cela en dit long sur notre rapport au blogging, et de mon côté, aussi à ma propre personnalité. J’ai l’impression que je suis loin d’être la seule à garder jalousement mon anonymat. Pourquoi ce besoin, ou cette appréhension, à tenir son blog au grand jour ?

Les Papotages de Sixte, c’est un cadeau que je me suis fait à moi-même. Il répond à un besoin d’écrire, de partager, et de soûler d’autres personnes que mes proches sur des sujets qui me passionnent. Certains d’entre vous le savent, j’ai passé une période assez difficile l’année dernière, et j’ai tendance à voir ce blog également comme un espace de décompression. Il m’appartient, j’y parle de ce dont j’ai envie, avec le ton qui me plaît. Un petit espace rien qu’à moi, et qui me fait du bien. Et j’avoue que quelque part, je ne sais pas si j’ai envie de voir ma vie réelle l’envahir. Est-ce que j’oserais moins de choses ici, si des personnes que je connais réellement, venaient sur ce blog, me lisaient, et faisaient des retours sur mes articles ? Est-ce que je ne me sentirais pas un peu bridée ? Serais-je moins sincère ? Moi qui manque parfois cruellement de confiance en moi, j’ai cette crainte de me sentir moins à l’aise.

Je reconnais aussi que j’avais peur qu’on trouve cette idée d’un blog un peu ridicule, ou inutile, voire superficiel. Me trouverait-on nombriliste ? Trop rêveuse ? Trouverait-on que je pourrais employer mon temps à des choses plus utiles ? Pourrait-on trouver que mon blog est nul, mes articles mauvais, et ma façon d’écrire catastrophique ? Autant de pensées qui m’ont paralysée dans mon envie de partager mon blog. Je ne sais pas pourquoi, d’ailleurs. Plus j’y réfléchis, plus je constate que cet argument est celui qui ne tient pas la route au milieu de tout ça. Mon entourage proche m’a toujours encouragée à écrire, et ne m’a jamais reproché mes passions « inutiles ». Si je montrais ce blog à ma famille et à certains de mes amis proches, je sais qu’ils seraient les premiers à trouver cela génial, et à être de vrais cheerleaders des Papotages de Sixte.

Il aurait été en effet plus simple de révéler l’existence de ce blog à sa création, ne serait-ce que pour avoir plus de lecteurs au début 🙂 J’ai eu peur au début, d’être découragée, de ne pas honorer le contrat que j’avais envers moi-même : ne pas abandonner. Oui, parce qu’à l’instar d’Orelsan, j’ai une tendance naturelle à avoir du mal à poursuivre, finir, ce que je commence. J’ai tellement de débuts de romans, de nouvelles dans des cahiers, des boîtes, et sur mon ordinateur, que je pourrais créer une boutique en ligne. Et j’avais vraiment envie que ce blog devienne un espace concret pour moi, une vraie bulle qui, si elle ne m’appartenait qu’à moi, devait vraiment exister. Parce que ça me fait du bien au quotidien. Heureusement, assez rapidement, Les Papotages de Sixte est devenue une jolie aventure, portée par des lecteurs fidèles et bien présents (♥), qui ont toujours de jolies choses à dire. Néanmoins, la question de révéler l’existence de ce blog, de l’assumer vraiment, continue de me tarauder.

Il faut dire qu’en terme « d’anonymat », je suis allée assez loin : jusqu’à la semaine dernière, mon propre compagnon n’était pas au courant de ma double vie, de l’existence de Sixte et de ses papotages. Ce n’est pas que je voulais complètement l’exclure de ce projet, mais tout simplement que je ne me sentais pas, à la création de ce blog, de l’y inclure. Comme je vous le disais plus haut, je voulais quelque chose rien qu’à moi, que je pouvais rater en toute discrétion. Je voulais donner l’orientation qui me convenait complètement à ce blog, ne pas me freiner, et surtout, me donner le droit de tâtonner, de me motiver ou de laisser tomber, seule. Mais au fur et à mesure des semaines, l’envie de lui en parler est devenue de plus en plus présente.

les-papotages-de-sixte-blogging-anonymat

Pourquoi cette envie de lui en parler, de partager l’existence jusque là secrète de mon blog ? (hormis le fait que c’était de plus en plus bizarre de lui cacher alors que j’écrivais des heures sur mon ordi) C’est assez curieux, en fait, quand j’y réfléchis. Je crois simplement que c’est parce que je me sens « légitime » : même si ce n’est pas grand-chose, que mon blog est un bébé modeste, j’ai construit quelque chose dont je suis fière, et qui est comme je le voulais. J’aime ce blog, j’aime la direction qu’il prend, il est à moi, et je suis contente de ce que j’ai fait. J’ai été heureuse de le montrer à mon compagnon, de lui parler des articles, de lui dire sur quoi j’aimais écrire. Et j’ai aimé voir l’intérêt qu’il portait à tout cela, moi qui avais peur qu’il me trouve ridicule. J’ai trouvé amusant de voir son côté geek ressortir, me parlant de référencement, de réseaux sociaux, m’encourageant à développer mon petit espace. Sans pour autant qu’il soit envahissant, puisqu’il n’est presque pas retourné sur le blog, je crois : juste un vrai intérêt, et un « Je suis fière de toi », et des questions sur d’éventuelles nouveautés. Moi qui avais peur de me sentir freinée, de me poser trop de questions, que nenni. Ça m’a fait du bien, tout simplement, et ça me motive encore plus. (Et me conforte dans le fait que j’ai l’amoureux le plus génial du monde)

Je m’interroge donc de plus en plus sur le fait de dévoiler mon blog à d’autres personnes de mon entourage. Je n’ai pas envie de le faire massivement, de montrer ma tête sur le blog ou sur les réseaux : actuellement, c’est bien trop pour moi, l’idée de pouvoir être reconnue, qu’on m’en parle quand je ne m’y attends pas. Je sais que certaines de mes connaissances suivent des blogs/des comptes que je suis assidument, et elles pourraient facilement me trouver. Je ne peux pas encore, cela m’envahirait trop, je crois.

En revanche, je me dis que maintenant que je me sens à l’aise avec mon blog, que je porte mon petit projet avec énergie, le partager un peu plus me procurerait bien plus de plaisir que d’appréhension. La balance penche maintenant de l’autre côté.

Et vous, votre blog, c’est votre jardin secret ? Ou au contraire, tout votre entourage le connaît, et vous n’avez pas peur d’être reconnue ? Quelles sont vos raisons ? N’hésitez pas à réagir et à papoter, c’est vraiment un sujet sur lequel j’ai envie d’échanger avec vous.

les-papotages-de-sixte-blogging-entourage-anonymat-pinterest