Mythomamie – Gwladys Constant : un roman jeunesse drôle et touchant

Depuis combien de temps n’avions-nous pas papoté lecture par ici ? Un bout de temps, si je ne m’abuse, et il était temps d’y remédier. J’ai eu un frein dans mes lectures ces dernières semaines, mais j’ai tout de même fait quelques belles découvertes, dont ce petit roman jeunesse qui se déguste comme une gourmandise, Mythomamie. Si j’ai dévoré beaucoup de romans pour ados dans mon adolescence, cela faisait longtemps que je n’avais pas mis mon nez dans un livre jeunesse autres que le « young adult » orienté vers le fantastique ou la science-fiction… C’était finalement un retour réussi, et je tiens à remercier les éditions Alice ainsi que Babelio pour cette Masse Critique !

QUI, QUE, QUOI ?

Glawdys Constant, l’auteure (et professeure de français), écrit pour les adultes et la jeunesse : Mythomamie s’adresse plutôt à ce dernier public. C’est l’histoire d’une jolie rencontre entre deux caractères bruts de décoffrages : celle d’Alphonsine, seize ans, en décrochage scolaire devenue aide sociale par la force des choses — ou par la force de persuasion de sa tante, plutôt — et de Hortense, une Tatie Danielle haute en couleurs. Si Alphonsine, élevée dans le rejet du mensonge, est incapable de dire autre chose que la vérité, Hortense, elle, est une vraie artiste de la mythomanie. Tout simplement parce que cela rend la vie plus amusante d’après elle. Entre elles, une très belle complicité se crée, très savoureuse, pleine d’humour, de tendresse et… d’histoires plus farfelues les unes que les autres.

MON AVIS

Pour être honnête, j’ai craint un moment de voir cette histoire sauter à pieds joints dans les clichés. Si elle le fait un peu, c’est avec vraiment beaucoup de bonne humeur et de délicatesse : j’ai finalement dévoré ce petit roman, amusée par les idées d’Hortense, souriant aux « punchlines » de cette mamie mythomane, mais aussi à celles de la touchante Alphonsine. J’ai beaucoup aimé l’idée d’opposer ces deux personnages sur autre chose que leur âge, le conflit de génération : c’est initialement le rapport à la vérité qui les oppose surtout, et qui les attire l’une vers l’autre. Hortense adore cette jeune fille qui dit tout ce qu’elle pense, qui ne la ménage pas, ne la manipule pas ; Alphonsine elle, se fascine pour les multiples personnalités, mensonges et inventions que crée Hortense pour pimenter son existence. Si Alphonsine ne sait pas quelle vie elle veut vivre, Hortense va lui en créer des dizaines. Deux personnalités qui se complètement parfaitement, les faisant évoluer, faisant grandir Alphonsine plus que n’importe qui ne l’aurait cru.

Car c’est Hortense, la mythomamie diminuée, qui transmet toute sa sagesse positive à Alphonsine : les deux personnages s’aident mutuellement, sur un fond d’humour que j’ai trouvé personnellement très réussi et touchant. Il y a quelque chose de très positif qui se dégage au fur et à mesure de la lecture de ce roman, et c’est très agréable. Une bonne humeur renforcée par l’écriture très dynamique et vive de Glawdys Constant : c’est pourtant, là-dessus qu’ont porté mes premières réserves, trouvant un air de déjà-vu à cette plume très sarcastique, un brin absurde, dans un mélange que je trouvais avoir déjà trop vu dans les romans pour ados. Néanmoins, ici, ce style se prête très bien au récit, il fond dans toute cette tendresse, et on l’apprécie à la juste mesure de la sincérité de la jeune Alphonsine.

En réalité, si je devais résumer ce roman, je dirais que c’est tout simplement une belle histoire. Un très chouette livre à offrir à des ados, avec un récit de vie dynamique, positif mais pas naïf. Amusant, mais pas futile, avec de réels problèmes en toiles de fond (la vieillesse, la famille, le temps qui passe, l’abandon, le suicide…), abordés sans pathos, mais avec juste la gravité qu’il faut. Vraiment une très belle histoire donc, toute en justesse.

Et vous, replongez-vous parfois dans des lectures jeunesse ?